L’autobronzant est-il nocif pour la santé?

C’est un fait : la peau bronzée fait partie des standards de beauté du 21e siècle, surtout pendant les mois d’été. Ainsi, nous visons à rendre le teint pâle et porcelaine de sa peau plus exotique. Pour ce faire, certains s’accordent des heures à se prélasser au soleil. Cependant, cela peut prendre du temps et le bronzage n’est pas toujours précis et uniforme. Et cela expose l’objet au danger des rayons UV. C’est pourquoi les laboratoires de beauté se sont mis à développer l’autobronzant : un produit miracle pour une peau bronzée et éclatante. Malgré sa popularité et son efficacité, certaines accusations dénoncent son utilisation. Vérité ou mensonge ? Nos réponses.

L’autobronzant est-il aussi nocif qu’un coup de soleil ?

Pour celles qui veulent avoir un teint hâlé, il existe deux solutions : soit se prélasser au soleil, soit appliquer un autobronzant.

La première option rend la peau brune lorsqu’elle est exposée au soleil. Cela stimule la production de mélanine dans la peau et aide à obtenir le teint doré souhaité. Cependant, une exposition prolongée au soleil abîme et dessèche la peau. Ce n’est pas pour rien que les rayons UV doivent agresser la peau pour créer ce fameux effet bronzant. Cette action augmente également le risque de mélanome.

Pour éviter de tels problèmes, les marques proposent des produits autobronzants. Ils permettent de bronzer sans soleil, sans s’exposer aux dangers des rayons UV. Elle est due à l’un de ces deux principes actifs : le DHA (dihydroxyacétone) ou l’érythrulose. Le DHA est le principal agent de bronzage en autobronzant. Il réagit avec les acides aminés situés à la surface de la peau et donne le teint hâlé recherché. Ce composant présente des performances élevées et une durabilité exceptionnelle. Cependant, il provoque un effet desséchant, ce qui peut rendre la peau plus sensible au soleil. C’est pourquoi les bons produits autobronzants sont enrichis en ingrédients hydratants, nourrissants, protecteurs et apaisants.

Y a-t-il des effets nocifs associés à l’autobronzant ?

Bien que l’autobronzant soit moins nocif que de longues heures au soleil, il n’est pas totalement inoffensif.

Des études montrent que le spray autobronzant peut contribuer à certaines affections respiratoires, notamment le cancer, l’embolie pulmonaire et l’asthme. On pense que cela est le résultat de l’inhalation de ses ingrédients actifs, y compris le DHA. Ainsi, il est préférable d’utiliser le format crème ou lingette pour éviter ces effets secondaires.

Une étude menée par la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a suggéré que ce produit pouvait pénétrer la peau et pénétrer dans la circulation sanguine. Ses composants peuvent causer des dommages importants. Cependant, cette affirmation a été réfutée par plusieurs autres études.

Dans tous les cas, l’autobronzant est sûr et efficace lorsqu’il est utilisé correctement. Il doit également être appliqué après le gommage pour un brunissement uniforme. Vous devez également éviter la zone autour des yeux et des lèvres, ainsi que sur la peau endommagée. Ce produit peut également être appliqué sur une peau rasée. Enfin, sachez que ce produit ne protège pas des rayons UV.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *